Tablette Androïd Sans Google

Pouvons-nous nous passer des services Google au quotidien ?

Le présent article parle de mon expérience personnelle, en sachant que je suis utilisateur de réseaux sociaux et assez gourmand de musique et vidéos sur youtube, que je dispose d’un compte email google et que je souhaite utiliser tout ça sur ma tablette sans donner la moindre information personnelle. C’est pas gagné…

La tablette : Asus TF300T avec dock clavier, d’origine en Android 4.2 Jelly Bean (2012) et lâchement abandonnée par son fabricant pour toute nouvelle mise à jour. Elle a 1Go de mémoire et 16Go de stockage interne et slot microsd pour extension (j’ai mis une 32Go acceptée)

  • Processeur NVIDIA® Tegra® 3 à 4 cœurs accompagné d’un GPU GeForce® à 12 cœurs pour des performances améliorées et une consommation réduite
  • Système d’exploitation Android™ 4.2 Jelly Bean
  • Un dock clavier avec port USB et lecteur de carte SD qui pousse l’autonomie à 15 heures*
  • Dalle IPS et large angle de vision de 178°
  • Capteur photo 8 mégapixels autofocus avec lentille à 5 éléments, large ouverture de f/2.2 et capteur CMOS rétroéclairé
  • Technologie ASUS SonicMaster pour une qualité audio supérieure
  • Application SuperNote pour prendre vos notes rapidement et facilement
  • Un design élégant, disponible en 3 coloris : rouge, bleu et blanc

Tout ce résumé pour dire que cette tablette de 2012 avait à l’époque d’excellentes performances, mais que Asus a décidé qu’elle serait obsolète dès la sortie d’androïd KitKat, soit 2013 !
Oui mais : ils sont tombés sur un rebelle, le gars qui ne consomme pas, qui n’achète pas à crédit, qui refuse de jeter un objet qui fonctionne !
Huit ans après, en 2020, cette tablette me sert encore au quotidien car j’y ai installé une rom KatKiss (spécial asus, cherchez pas) équivalent au fameux lineageOs mais parfaitement adaptée à mon matériel. Et cette rom en est à la version androïd 7.1.2 Nougat (2016) et malheureusement la dernière à gérer les capacités matérielles de mon modèle.

Mais assez parlé de moi, aujourd’hui je suis confiné (Avril 2020 pour ceux qui liront cet article en 2025) et je m’ennuie car il fait un sale temps.
J’ai donc décidé de remettre ma tablette aux paramètres d’usine et je vais tenter de la libérer de Google.

L’installation d’une ROM non officielle exige de déverrouiller le bootloader, sorte de boot manager qui protège androïd de manipulations hasardeuses.
Heureusement Asus a publié un déverrouillage officiel qui annule la garantie (huit ans après on s’en moque) et il existe des utilitaires pour d’autres marques courantes qui font la même chose tout en rootant la tablette, c’est à dire pour les Linuxiens donner les droits “root” ou “super utilisateur”.
Mais je suis certain qu’on peut répudier Google d’une tablette stock sans l’avoir rootée.

C’est parti, la tablette a redémarré et affiche les écrans habituels que je vais commenter en suivant (j’ai pas été foutu de faire des copies d’écran, donc ce sont des photos d’écran) :

Premier écran, première chose à faire : activer le wifi !
2e écran, première chose que fait Google : activer les mises à jour !
à la demande de connexion : IGNORER > suivant
Sérieux : ils disent que sans compte on peut pas ! Mort de rire, IGNORER
Nous allons stopper immédiatement la collecte de données : on DESACTIVE tout.
Je reviendrai sur les mises à jour auto, pour l’instant on ACCEPTE
Et nous voici enfin sur l’écran des applications.

Vous remarquerez deux icônes particulières : SuperSU et Terminal Emulator. Je suis libre ! I do what i want with my tablet !

Puisque nous souhaitons supprimer le PlayStore nous devrons en installer un autre, je propose de commencer par F-Droid (je l’ai vu dans Framalibre donc je valide). J’ouvre mon navigateur (actuellement celui par défaut) et je recherche fdroid, et il trouve !
https://f-droid.org cette adresse et pas une autre !
(n’oubliez pas qu’en disposant des droits SuperSU on s’expose aux risques de virus etc, Google nous prend pour des demeurés en bloquant un maximum de paramètres, mais il ne faut pas oublier que nous agissons parfois comme des idiots, si, si, ne niez pas, vous avez déjà fait des erreurs)

Votre tablette est certainement paramétrée différement de la mienne, vous devrez donc aller à Paramètres > Sécurité > activer les sources inconnues
car autrement vous ne pourrez pas installer F-Droid.

F-Droid est un magasin de dépôts de paquets, comme vous connaissez déjà avec Debian et autres distributions. Le fonctionnement vous sera familier.
Une fois installé il fait comme tout le monde : mise à jour !
Vous n’avez plus qu’à trouver les applis qui vous conviennent, naviguez sur f-droid et renseignez-vous avant d’installer n’importe quoi.

Parmi les magasins d’applications vous connaissez :
Google Play, certes, NE LE DESINSTALLEZ PAS ! Mais oubliez-le dans un coin.
J’ai cité F-Droid, open-source, j’adhère.
App-shop Amazon, ils ne doutent de rien, oubliez !
Androidpit, nécessite une adhésion (*)
Samsung Aps, oubliez (*)
FrAndroid, j’ai pas été curieux d’aller voir.
Aptoide, j’ai pas aimé (*)
Trouvez les vôtres !

(*) je ne vois l’intérêt de vouloir s’affranchir de Google pour aller s’inscrire sur d’autres sites qui prennent vos emails et autres données personnelles, faites comme vous le sentez.

Utilisation d’un compte gmail sans être connecté à Google :

c’est mort !

j’ai testé plusieurs applications de messagerie, les adresses gmail ne passent pas. En revanche en WebMail je peux y accéder sans problème, je ferai donc ainsi.

Nous avons fait un choix

En souhaitant protéger nos données personnelles nous “appauvrissons” notre expérience utilisateur, Google bloque délibérément certaines fonctionnalités dès lors que nous ne sommes pas connectés. Il faut le savoir, ne soyez pas surpris, je vous le fais savoir ! C’est le prix à payer pour garder une vie privée, bien que d’autres techniques existent pour nous tracer, à commencer par l’adresse IP wifi.

Je n’ai pas la prétention de donner un cours de confidentialité, ni de lister les applis qui vous seront utiles, seulement démontrer ici que le matériel n’est obsolète que si le fabricant le décide, que nous avons malgré tout un choix, que partout il y a des gens comme nous qui selon leurs compétences créent de l’art open source, des livres, des programmes informatiques.
L’open source c’est aussi partager nos graines horticoles d’anciennes souches et les diffuser massivement. Pensez-y, ce n’est pas anodin.

Tests à faire sur un ordi récupéré

Quand on récupère un ordinateur, fixe ou portable, il convient de vérifier certains détails avant de pousser plus loin et éviter de perdre plus de temps ensuite en dépannages divers.

1- inspection visuelle d’un portable : faire le tour de l’objet et vérifier l’aspect de la broche de charge, batterie gonflée ou fissurée ?, clavier complet ? broches usb intactes ? charnières en bon état ou coque fissurée ?, mémoires, disque, carte wifi présents ?, présence de toutes les vis et trappes… chargeur avec fils intacts ? Dalle fissurée ?

2- inspection matérielle d’un portable : mot de passe bios ? aïe !
régler le démarrage sur usb, brancher un live linuxmint (ou autre) qui propose le memtest au boot, tester les mémoires (30mn par giga)…
puis démarrer en live, formater le disque en ext3 et utiliser la commande e2fsck -c -c pour vérifier la surface du disque et marquer les secteurs défectueux. En général si un disque a plus de 10% de bad blocks je le détruis.

Ces deux points vont vous faire gagner un temps précieux plus tard, les affichages qui figent, les documents qui mettent une éternité à s’ouvrir, et bien d’autres désagréments dûs principalement à la RAM et HDD, sans compter les pertes de données, ça c’est réellement ennuyeux.

Un ordi récupéré ne vous a rien couté, par conséquent n’hésitez pas à jeter tout ce qui est douteux, un portable qui a des traces de rouille, des charnières cassées, ne valent pas la peine d’être réparés (achat des pièces manquantes ou cassées).

Une fois que vous vous êtes assurés du bon fonctionnement du matériel, que faire d’un vieux clou ? avec un ordi de 2005 et une distribution spécial arcade, vous avez une borne d’arcade à peu de frais ! PacMan, Space Invaders, Street Fighter, et toutes ces bornes qui ont vidé nos poches ! Le bonheur des petits et des grands, de quoi animer une soirée BBQ en attendant les saucisses !

Prise en main à distance NoMachine

Application de bureau à distance

C’est un outil formidable ! Voyez plutôt :

Vous êtes dans votre salon, confortablement installé avec l’ordinateur portable Linux sur vos genoux, (entre nous il tient chaud comme un chat, il ronronne comme un chat… mais sans les poils) quand soudain vous êtes confronté à un problème que vous ne pouvez résoudre seul !
Ce peut être un fichier LibreOffice que vous n’arrivez pas à ouvrir ou une manipulation toute bête, certes, mais vos connaissances sont plus littéraires qu’informatiques, alors vous faites quoi ? Mmmmh ?

Vous utilisez le jocker “appeler un ami” ! Tout le monde a un ami qui s’y connaît n’est-ce pas ?

Et c’est là que j’en viens au vif du sujet : la prise de contrôle à distance !
C’est très simple, votre ami qui s’y connaît est lui aussi confortablement allongé sur la banquette du salon avec son ordinateur portable Debian (bah oui ! il s’y connait, lui.) et ça tombe bien, il vous a conseillé lors d’une permanence aGeNUx (chaque mercredi vous savez où) d’installer NoMachine.

Nomachine est compatible avec Linux, Mac, iOS, Androïd et l’autre là, je me rappelle plus, il commence par win mais c’est la loose…

Le lien du site est ici https://www.nomachine.com/download , et il est disponible pour les architectures 32 bits et 64 bits.
Alors “free remote desktop” n’est pas “open source”, pour les puristes il reste le ssh direct mais on n’a plus d’amis qui s’y connaissent à ce point.

Vous sélectionnez le lien correspondant à votre système, DEB c’est bien pour la plupart. L’installation se fait en un double clic et une fois installé une fenêtre vous indique vos adresses ip : la locale, chez vous derrière la box adsl, et l’officielle, celle qui correspond à votre box (dans mon cas nx://79.xx.235.xx:20xxx), ce qui permet d’accéder à distance
à un autre ordinateur. Formidable je vous dis !

Une fois NoMachine démarré sur les deux postes l’ami qui s’y connaît rentre votre login et votre mot de passe de connexion (c’est un ami, vous pouvez lui donner) et vous ne touchez plus à rien, vous aurez le plaisir de voir des fenêtres s’ouvrir, le pointeur de la souris gigoter dans tous les coins etc…
Un avantage à souligner : en cas de processus long, si l’ordi passe en veille, l’amikissyconé (je fais l’ado qui SMS) peut se connecter et le sortir de veille,
ainsi vous avez largement le temps d’aller au magasin du coin lui acheter des chocolats pour le remercier de son aide !

Les images qui suivent illustrent les manipulations, vous remarquerez les fenêtres et le pointeur et la souris qui bouge pas !

Voilà, avec cette présentation je vais me faire lyncher par les copains qui s’y connaissent, car ils peuvent dire adieu à leurs soirées télé !

7/10 ou une opportunité !

Après 10 ans de bons et loyaux services Windows Seven ne sera plus maintenu, µcrosoft abandonne les mises à jours et la maintenance de ce système.

Il est avec XP l’un des plus fiables windows ayant existé, et aura duré un peu plus que son prédécesseur, ne parlons pas de l’aberration Vista.

Il est abandonné pour des raisons pratiques, il est né avec son temps, et son temps est révolu. Les évolutions technologiques, les mentalités également tendent vers les services cloud, les objets connectés sont omniprésents, et les outils de W10 déjà adaptés à ces évolutions, alors pourquoi développer des rustines pour un ancien système déjà dépassé ?
Le cryptage des données, la lecture de vidéos 4k rendent Seven poussif et inadapté, place à présent aux systèmes du futur…

Donc chers utilisateurs de Seven jusqu’au 14 janvier vous allez subir une pression médiatique énorme vous laissant croire que seul W10 vous conviendra et qu’il faut viiiite l’installer !

C’est le moment de passer à Linux, Libre, Respectueux de vos droits, Sécurisé, sans licence restrictive, gratuit au téléchargement, etc…
Il faut toujours dire [etc…] parce que la liste des arguments pour passer à linux est bien plus vaste.

Pour passer de seven à linux vous devez :
1-acheter un disque externe neuf
2-copier vos documents dessus
3-adhérer à une association comme aGeNUx pour 20€ annuels et venir à une permanence avec votre ordinateur pour l’installation, puis toute l’année une aide gratuite à l’utilisation (prévoir des M&M’s ou des gâteaux)
ou bien
3-bis -payer un technicien informatique au moins 75€ pour qu’il le fasse à votre place puis 60€ l’heure d’assistance à chaque fois que vous avez des questions ! de toute façon si vous passez à w10 vous allez passer à la caisse !
30€ pour un antivirus, une sécurité incertaine, des maladresses possibles et parfois irrémédiables, je vous parle de windows là !

Pour utiliser Linux en gardant vos habitudes je vous conseille LinuxMint, distribution très abordable et proche de l’ergonomie de windows, le soleil se lève pour tout le monde et il en existe bien d’autres.

Un dernier détail : si µcrosoft ne bride pas volontairement l’utilisation de Seven après le 14 janvier, vous ne risquez pas grand chose de plus à continuer de l’utiliser, mais le matériel sur lequel vous travaillez va rendre l’âme assez rapidement, les derniers ordis neufs équipés de Seven datent de 2012, et 8 ans pour ce type de matériel c’est inespéré !

Acer ES15 uefi secureboot

Le standard UEFI est mis à mal par certains constructeurs qui n’en respectent pas les standards… certainement appuyés par µcrosoft soi-même dans le but évident de plomber l’installation d’ OS alternatifs tels Linux, compliquant ainsi la vie des utilisateurs !

Pour installer un Linux (le choix de cet utilisateur Eric s’est arrêté sur Mint Mate) nous devons aller dans le bios et effectuer certaines opérations :
-entrer un mot de passe bios (obligatoire)
-désactiver le secureboot
-dans l’ordre de démarrage mettre usb en premier

Redémarrer, le LiveUsb s’affiche, lancer l’installation, bien vérifier le chemin d’installation de Grub, le lanceur de boot linux.

Une fois terminé, en 15/20 minutes à peine (on est sur Linux, c’est pas 1h d’installation windows, deux redémarrages, trois heures de mises à jour !) on redémarre la bête et…. l’insulte : No Boot Device ! Démarrage impossible.

Bien entendu on se remet en question, j’ai raté quelque chose, j’ai fait une mauvaise manipulation, j’ai pas accepté les accords de licence (heu, mais non, y en n’a pas des accords chez Linux, on est libres).

Non, vous n’avez rien raté, c’est la faute à l’UEFI et son secure boot.
Nous redémarrons, et dans le bios nous retournons au secureboot, puis nous rechercherons l’option “select uefi trusted file” (choisir un fichier de confiance) puis dans l’arborescence proposée nous parcourons les dossiers efi jusqu’à trouver le fichier grubx64.efi !
Sauvegardons les modifications, redémarrage, incantations vaudou et…

Nous avons encore libéré une machine de l’emprise commerciale de µcrosoft !

En installant LinuxMint nous venons d’économiser 30€ d’antivirus par an, 60€ par dépannage informatique dû à la maladresse, nous évitons de pirater des logiciels commerciaux en les remplaçant par des licences libres, nous gardons la maîtrise de nos données personnelles, et nous rendons notre ordinateur pérenne pour au moins 8 ans si un orage ne vient pas tout cramer !

Nextcloud chez soi

Ceci est le début et la fin d’un guide évolutif de sept pages téléchargeable ici dans son intégralité

Nextcloud vous permet de stocker vos fichiers (documents, photos, vidéos, etc.), vos contacts, vos calendriers, vos tâches et favoris sur votre propre cloud auto-hébergé (nécessite un serveur ou un hébergement).
Toutes vos données sont ainsi accessibles depuis n’importe quel navigateur. Il est également possible de les synchroniser grâce aux logiciels clients (Windows, Mac, Linux, iOS, Android, Windows Mobile). Des fonctionnalités avancées de partage sont proposées (à durée limitée et/ou avec mot de passe par exemple). De nombreux plugins sont proposés par la communauté afin d’étendre les fonctionnalités : ajout d’une suite bureautique, mise en place d’un gestionnaire de mots de passe, visioconférence, etc. Il propose également de nombreuses fonctionnalités à destination des entreprises (intégration dans l’infrastructure de l’entreprise, sécurité avancée, gestion des droits, workflow, etc.).

Il s’agit d’un fork du logiciel Owncloud.

Le Cloud personnel pour quoi : La sécurité de nos données est l’argument principal, nous savons à quel point les services cloud de Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (GAFAM) se retrouvent regroupés, recoupés, analysés entre le stockage des documents (les one drive, icloud etc.), les contacts de nos smartphones (google contacts, Outlook, messenger), les messages email (outlook, gmail), les photos (google photos) et les documents et courriers divers que nous écrivons (google docs, office 365), et la synchronisation de notre navigateur si nous utilisons (google chrome) ou le moteur de recherche google !

Le Cloud personnel pour qui : chaque artisan, entreprise ou particulier est concerné, le droit à la confidentialité et à la vie privée est notre moteur, c’est l’héritage démocratique acquis.

Le Cloud personnel pour quand : Dès que vous le décidez, vous avez besoin d’un abonnement adsl, d’un compte dynamic dns, d’un serveur, et d’un adhérent aGeNUx lors d’une permanence le mercredi pour vous guider en cas de difficulté.

Et avant de finir allez faire un tour sur le forum aGeNUx, plus précisément à l’article smartphones : https://lesdac.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=13&t=45

Vous y trouverez les informations nécessaires pour utiliser nextcloud depuis aussi le smartphone.

Créez un compte, et posez des questions sur le forum.

Sur le site aGeNUx aussi vous trouverez le même article :
http://agenux.org/?p=589
et vous pouvez également laisser des commentaires.

La rédaction d’un tel guide prend du temps, nécessite des connaissances, et je m’applique à utiliser une bonne orthographe, mais n’étant pas infaillible j’ai pû faire des erreurs.

Après relecture, je ne vois aucune erreur mettant en danger vos données, cependant des manipulations qui semblent évidentes peuvent vous paraître compliquées, les adhérents qui savent compléteront ces informations ou vous guideront dans vos essais.

Sept pages vous semblent beaucoup à lire pour un cloud perso ? Nous envisagerons un atelier complet nuagenux sur inscription pour tous ceux qui souhaitent s’équiper, acheter et installer le matériel.

à suivre…

A faire en premier sur votre Smartphone

Mises en garde :
-les fabricants de smartphones sont nombreux et les versions androïd tout autant, donc si mes commentaires ne sont pas exactement affichés tels quels sur votre écran, et bien traduisez : (paramètres=réglages par exemple)
-je vous demande encore de faire preuve d’un peu de bon sens, car activer l’installation depuis des sources inconnues sur androïd c’est faire comme chez windows, se retrouver avec des virus ou des indésirables !
-bien entendu vous avez déjà copié vos photos et contacts avant même de lire cet article ? un plantage est si vite arrivé…
-vous pouvez me faire confiance, les manipulations ci-dessous décrites sont vérifiables et largement diffusées sur le net, restez sur les rails et n’innovez pas, et vous serez à l’abri des fausses manipulations.

étape #1 :
Paramètres > A propos de ce téléphone > Numéro de build > taper dessus plusieurs fois jusqu’à fissurer l’écran… un message apparaît au bout d’une douzaine de taps (et bien avant d’avoir l’écran fissuré)
“vous êtes maintenant un super-développeur”

Ça peut toujours servir, on met de côté pour plus tard…

étape #2 :
Paramètres > Sécurité et confidentialité > Sources Inconnues : “activer”
Ça va bientôt servir !

étape #3 :
Androïd utilise un magasin d’applications pour installer, acheter ou mettre à jour les jeux, et autres programmes, et cela fonctionne comme les dépôts officiels linux. Google store est le dépôt officiel par défaut, le seul autorisé à installer des programmes “référencés” (l‘étape #2 nous libère). C’est pour éviter de se retrouver avec des virus et autres malwares installés à notre insu comme chez windows que Google a imposé cette fonctionnalité, mais utilisant Linux au quotidien vous en maîtrisez déjà le principe.
Nous allons ajouter un dépôt F-Droid bien connu dans l’open source. Puisqu’il ne se trouve pas dans le Google store vous le téléchargez ici depuis votre smartphone. Vous lancez l’installation en acceptant les “risques” d’installer un truc pas certifié google.

étape #4 :
Vous pouvez maintenant parcourir les différentes rubriques de téléchargement, mais le but de ces manipulations est de vous amener à installer des outils qui vous libèrent des services google, ou facebook.
Notre article sur Nextcloud vous a plu ? Vous allez pouvoir trouver le client androïd nextcloud, et ses outils annexes DavDroid pour l’agenda et contacts et Tasks pour les tâches.

Je vous rappelle encore une fois que vous n’êtes pas seuls, les membres aGeNUx qui savent aiment à partager leurs connaissances avec les adhérents qui ignorent certains détails mais en connaissent d’autres. Bienvenus aux permanences !

Nextcloud au quotidien (février 2019)

Nextcloudpi, phase I – l’apprentissage
Lors de mon adhésion à aGeNUx en octobre 2017, j’ai été séduit par le cloud personnel, et bien qu’ayant déjà eu l’occasion de lire quelques articles à ce sujet je n’avais pas poussé plus loin. Je possède un NAS, disque de stockage réseau, qui offre déjà toutes les possibilités d’un cloud perso. Seulement mon premier vendeur d’ordinateur (Apple 2c, magasin NASA avenue de La Grande Armée à Paris, en 1983) m’a révélé qu’il faut se mettre à la portée de tous pour comprendre et être compris !
Donc j’ai désactivé l’accès externe de mon NAS pour ne pas être tenté par la facilité, et j’ai acquis un kit raspberry pi 2b+ avec alimentation, boîtier et carte sd class10 (important le class10) pour moins de 80€. Puis avec les explications de Paul, Patrice et Jean-Séb et Phil Gim et… etc, j’ai téléchargé et installé nextcloudpi. Les 10GO de stockage sur la carte sd ont révélé leurs limites quand j’ai commencé à synchroniser mon smartphone glandroid, et comme je suis d’un naturel à tout démonter pour voir comment ça marche, j’ai vite fait de planter toute la mécanique. Heureusement on a accès au contenu de la carte sd, j’ai donc pû récupérer mes docs avant de tout reformater. Mais ça c’était avant !

Nextcloudpi, phase II – la stabilité
Depuis Décembre 2018 j’utilise enfin le cloud personnel en production quotidienne, j’ai cessé d’expérimenter à tout va (j’en ai fait un avec virtualbox, je peux tout casser si je veux !) et sa stabilité est exemplaire. J’ai choisi de faire les mises à jour manuellement, et j’avoue être épaté par le professionnalisme de cette petite boîte à puces ainsi que par la compétence des développeurs ownyourbits.
Ma configuration est la suivante :
-une box RED SFR adsl (10€ /mois à vie) avec un débit entrant de 800ko/s et 256ko/s sortant, asynchrone donc et la limite est vite atteinte en téléchargeant plusieurs fichiers (et non j’ai pas envie de payer 45e par mois pour la fibre)
-un forfait 4G de 20go mensuels chez Bouygues à 4.99€/mois à vie.
-un raspberry pi 2 b+ donc, se suffisant à lui-même avec son transfo de 2A, la carte sd est trop limitée en stockage, je lui ai mis un SSD de 120go.
un SSD c’est zéro mécanique tournante, une consommation ridicule, une vitesse aï aï aï en véritéé !
-un domaine gratuit chez no-ip, puisque pour dix balles ils sont pas foutus de me donner une IP fixe chez RED ! Chez no-ip le domaine perso de base est gratuit mais nécessite une réactivation manuelle mensuelle, ils préviennent par email, c’est bien fait et avec 100% de taux de service, rien à dire.
C’est avec no-ip que je peux accéder au raspy depuis dehors, alors qu’il est rangé sur mon bureau, dedans ! Partout où j’ai du réseau je peux consulter ou manipuler les fichiers de mon cloud. Le tout avec une connexion https, sécurisée et signée par letsencrypt (encore du gratuit et fiable).

Nextcloudpi, phase III – la gourmandise
Parmi les services nextcloud on a un agenda (on peut importer Google Agenda), une liste de contacts (on peut importer Google Contacts et synchroniser Outlook) et une liste de tâches. Une application androïd nous offre la synchronisation permanente des données (attention à la consommation de data si vous avez un forfait 4G limité). Mais j’en veux plus : synchroniser mes favoris firefox et mes mots de passe en installant Mozilla Sync sur le nextcloud. Ainsi je déleste les serveurs Mozilla (sûrs et fiables, mais c’est très coûteux) et je m’héberge me myself chez moi !

Nextcloudpi, phase IV – l’oubli
Au vu de toutes ses fonctionnalités, nextcloud nous propose de virer proprement Google et ses services. Je respecte Google, ils ne nous ont jamais menti, ils offrent un outil gratuit et s’alimentent en échange de la masse d’informations que nous laissons volontairement ! En revanche avoir le choix c’est bien aussi, et j’ai choisi un petit chez moi. Je peux d’ores et déjà “geler” les applications google par défaut de mon smartphone tout en profitant de ces mêmes services mais en gardant ma vie privée.
Au quotidien on en oublie aussi l’existence même de ce boîtier, il est derrière un disque de sauvegarde, sur une étagère de mon bureau, il consomme au maxi 10€ d’électricité par an, avec le ssd je n’entends aucun bruit ni vibration, le wifi est coupé car j’ai tout connecté en gigabit, c’est le bonheur. J’aurais mes docs chez Onedrive, Dropbox ou Googledrive ce serait pareil.

Nextcloudpi, phase V – va plus loin
la vidéosurveillance est présente partout. Partout ? Non pas chez moi, mais je peux le faire. J’ai bien envie de tester une webcam usb d’intérieur déjà pour voir, ou une caméra ip sur le réseau, j’en ai une qui traîne en basse résolution. Utiliser le raspy en serveur vidéo en plus de tout ce qu’il fait déjà.
Je déteste le voyeurisme et l’espionnage, quand des gens me demandent ce qu’il faut pour consulter la navigation de leurs gosses, je leur dis “rien, apprends-leur la sécurité et le bon sens, et tu n’auras jamais à t’inquiéter”. Mais j’avoue que c’est pratique si on doit surveiller une personne âgée, ou l’entrée d’une boutique, n’oubliez pas cependant que c’est très réglementé !

A suivre…

De nombreuses explications circulent sur internet, mais parfois on est moins déçu si on est accompagné par quelqu’un qui sait. Les membres aGeNUx qui savent partageront avec plaisir et selon leur disponibilité , parfois même sans avoir à se déplacer, certaines manipulations peuvent être réalisées en ssh depuis un terminal. En ce qui concerne l’équipement, ceux qui détestent payer en ligne auront la possibilité de passer par moi (même pas peur !) pour commander le matériel chez kubi, fournisseur officiel parmi d’autres.

Atelier Open Street Map à la Médiathèque de Boé Samedi 9 mars 2019

Dans le cadre de Libre en fête, aGeNUx et la Médiathèque de Boé organisent un @robase Café sur le thème OpenStreetMap.

L’atelier aura lieu le Samedi 9 mars 2019 à la Médiathèque de Boé de 14h à 18h.

Entrée libre et gratuite pour toutes et tous.

Lien Agenda du Libre